Mon séjour à l'hôpital

Publié le par julie

Voilà voilà, c'est fait  ! Je me suis fait poser un anneau gastrique. Mais peut être voulez-vous  savoir comment cela c'est passé.  Donc je vous raconte tous ici.  J'avais rendez-vous jeudi à 16 h. A cause du travail et des enfants, mon mari n'a pas pu m'accompagner. Je m'y suis rendue seule. C'est ce qu'on appelle un grand moment de solitude, surtout quand l'infirmière ne vous calcule pas pendant 5 longues minutes. Bref, elle m'accompagne dans ma chambre et me dit qu'elle va revenir. Pendant ce temps, j'installe mes affaires et qui voilà, mon mari, tout fier d'être là. Ca fait quand même du bien ! Donc je fini de m'installer, je rempli un papier administratif et voilà j'attend car niveau acceuil c'est quand même moyen, on ne m'a rien expliquer du déroulement de la fin de journée et surtout du lendemain, je ne revois pas l'infirmière de la soirée d'ailleurs.J'ai droit  à un petit rasage du pubis pour la propreté; un bouillon avec un yaourt nature en guise de repas et terminé. A 21h30, visite de l'anesthésiste je suppose (il ne se présente pas !), qui me dit que je ne passerai au bloc que l'après midi et que j'aurai droit à un thé demain matin pour faire patienter. A 23h, l'infirmière de nuit me réveille, et elle me donne plein d'infos (enfin! mais à quelle heure!), je passerai au bloc à 13h30. Le lendemain, je ne vois personne avant 9h ! J'attend donc patiemment, le ventre vide car je n'ai pas eu mon thé et maintenant il est trop tard. Je fini par prendre ma douche à la bétadine et à m'installer dans le lit avec une casaque transparente super sexy. A 13h seulement, l'infirmière vient me donner ma prémédication (c'est la même infirmière que la veillle !), alors que j'aurai du l'avoir à 12h30 et me dit qu'elle passe plus tôt car ils sont en avance au bloc !? Ils sont effectivement en avance et le brancadier arrive 2 minutes après ! Autant dire que je n'ai pas eu le temps de me détendre, heureusement, j'étais assez sereine, jusqu'à l'entrée au bloc du moins. Au bloc, l'anesthésiste (celui que j'ai vu en consultation, c'est rassurant) me perfuse (après 2 tentatives et un bel hématome, mais je ne suis pas facile à piquer), je m'installe sur le brancard puis sur la table d'opération, il fait un froid de canard ! On me met une grosse électrode sur la cuisse genre sport-élec pour me réchauffer et puis l'anesth m'injecte le produit. Je me sens oppressée et je m'endors.Je rêve à je ne sais plus quoi et je me réveille avec un truc dans la bouche, en me disant je crois que c'est fini. Tout le monde arrive auprès de moi en courant pour m'extuber car j'ai des haut de coeur, j'ai besoin de respirer. Quel bonheur cette première respiration ! On me ramène dans ma chambre 30 minutes après vers 16h. Je commate grave ! Mon mari arrive peu de temps après mais ne reste pas longtemps car il doit récupérer les enfants. Entre 2 som, je m'apperçois que je saigne de façon importante, je sonne. L'infirmière vient, encore la même, un peu débordée, elle me fait un pansement mais rien n'y fait, je continu à saigner. 2 autres infirmières prennent le relais, ouf, elle sont plus efficaces, elles me refont un pansement et appelle le chirugien. Il me fera un point de suture. En fait le chirurgien qui m'a opéré m'a pas fait de point de suture, il met juste des stéri-srtip, normalement c'est suffisant mais là, il a fallu un point pour un des trou. J'ai un peu mal, je réclame de la morphine, j'y ai enfin droit après 2 demandes (encore la même infirmière). Je commate encore toute la nuit. L'infirmière de nuit passe encore vers 23h et m'informe que j'aurais un examen demain, encore un truc que l'autre ne m'a pas dit, mais elle ne sait pas l'heure. Je suis donc encore à jeun le lendemain. On me fait le TOGD (transit oeso-gastro-duodénal) vers 12h. Il faut avaler une boisson au goût de pastis et prendre des radios en même temps. Le liquide passe bien, je suis apte. De retour, j'ai droit enfin a un repas, enfin ... un bouillon et un yaourt nature ! Ca passe pas trop mal mais j'appréhende un peu. Le dors encore beaucoup. L'après midi, le chirugien passe, j'étais en train de dormir, j'ai l'impression d'être dans la quatrième dimension : il me parle et  j'ai l'impression que quelqu'un d'autre lui pose des questions et je me dis waow, super ces questions, je n'y aurais pas pensé ! Et bein si, c'est moi qui ai posé toutes ces questions. Une fois un peu mieux réveillée, je note vite ce qu'il m'a dit avant d'oublier ! Le plus important, je sors le lendemain, je dois prendre RDV dans 1 mois pour un contrôle et dans 2 mois pour un resserrage. J'ai des injections à faire tous les jours pendant un mois(que je ferai seule) et un bilan sanguin toute les semaines.Je dois aussi faire mes pansement tous le sjours jusqu'à ce que les stéri-strip tombent tous seuls et enlever le fils dans 1 semaine.Sinon, j'ai eu droit au bouillon et au thé le matin jusqu'au dernier jour, donc autant vous dire que le dimanche, je suis parti avant midi pour pouvoir manger chez moi ! Je n'ai mangé qu'une soupe mais c'était mieux que le bouillon.

Publié dans parcours médical

Commenter cet article

nonstity 22/01/2008 11:23

Je suis contente de te lire !
Bon, c'est pas forcément terrible question encadrement l'endroit ou t'es allée mais ce qui compte le plus maintenant c'est que tu ailles bien !
Le plus dur est fait (enfin sauf les autres TOGD que t'auras pour les resserages, moi j'ai du pot j'en n'ai pas parce que le gout et l'odeur de l'anis c'est un calvaire pour moi...).
comment se passent les repas pour l'instant ?
Bises

julie 22/01/2008 11:53

Oui comme tu dis le plus dur est fait. Pour les TOGD, c'est pas si terrible que ça, j'aime l'anis, par contre ça m'a mis les intestins sans dessus dessous. Au niveau repas pour l'instant, je n'ai pas forcé soupe et purée.